vendredi 1 mars 2013

Histoire vraie : spéculation sur le sucre en 1974

Ces derniers temps j'ai eu envie de voir/revoir des films français des années 60-70. Clairement pas ma période de prédilection, moi qui exècre les prétentions prout-prout artistiques de la Nouvelle Vague (qui n'étaient qu'une posture politique de contestation dans une époque où tout était trop rose pour les petits nerveux des àChier du Cinéma), et justement c'est des films décriés comme populaires que je voulais voir pour me (re)faire une idée.

Dans le tas j'avais notamment envie de découvrir la masse de films mineurs dialogués (voire réalisés) par Audiard, parce que franchement, entre un film de Godard avec 2 pauvres idées perdues dans un pudding pédant et un film avec des vrais morceaux de dialogues d'Audiard... bon Audiard a travaillé à la chaîne sur tout et n'importe quoi, mais ça a donné des trucs inoubliables. Bref, j'ai un post sur le sujet dans les cartons.

Dans cet âge de Bronze du cinéma français j'avais envie de revoir Le Sucre (Jacques Rouffio, 1978). J'étais trop jeune pour tout comprendre à l'époque : il y est question d'économie, de politique, pas de manière trop pesante, mais l'adaptation du bouquin relatant la spéculation sur le sucre en 1974 est très complète.

L'histoire vraie : 1974
De 1000 francs en octobre 1973 la tonne de  sucre va se négocier jusqu'à 8000 francs (650£ sur le graphique) un an plus tard à Paris. Au milieu se déroule une spéculation complètement folle sur la base d'une rumeur de pénurie bien orchestrée.

Au début de décembre [1974], le marché du sucre blanc à la Bourse de commerce de Paris « saute » littéralement, dans une odeur de scandale, les positions à la hausse prises inconsidérément par certains courtiers pour le compte de clients particuliers peu avertis, n'ayant pu être dénouées en raison de la rapide chute des cours.
(source : Encyclopédie Larousse)
C'est là le cœur de l'histoire, même si ce n'est finalement pas la partie la plus intéressante.

1978, adaptation du roman de Georges Conchon sur l'affaire

Pour mettre en scène la spéculation et dénoncer les coupables Le Sucre raconte l'histoire d'un inspecteur des impôts de province (Carmet) qui se met à la retraite anticipée pour gérer les héritages soudains de sa femme. Monté à Paris il rencontre Raoul (Depardieu) qui travaille comme courtier pour Karbaoui (Hanin).

Sur le principe de la catastrophe annoncée Le Sucre n'est pas passionnant dans sa première partie plan-plan jusqu'à la chute des cours. Trop long, pas assez de matière à négocier. En revanche le film tient bien à partir de là grâce à l'amitié naissante entre Carmet et Depardieu, et sur le fond grâce à un Piccoli gigantesque dans le rôle du gourou des marchés Grésillo, dans cette scène d'anthologie notamment :
video


Et donc le marché est fermé, les banques sont sauvées, et les seuls perdants sont l'honnête président de la Bourse du Commerce (Piéplu) et les petits spéculateurs à qui on va faire payer la casse.
La fin traîne, mais le côté burlesque de Depardieu aidant son pote Carmet à échapper au recouvrement permet de garder le moral, et une petite morale à cette sale histoire.

PS un grand merci à Mozinor qui m'a donné envie de revoir ce film grâce à son remix de la fameuse scène ci-dessus.

Aucun commentaire: